CategoryFrance

De la Lumière !

D

Mehr Licht ! mehr Licht ! (Dernières paroles de Gœthe.) Quand le vieux Gœthe un jour cria : « De la lumière ! » Contre l’obscurité luttant avec effort, Ah ! Lui du moins déjà sentait sur sa paupière Peser le voile de la mort. Nous, pour le proférer ce même cri terrible, Nous avons devancé les affres du trépas ; Notre œil perçoit encore, oui ! Mais, supplice horrible ! C’est notre esprit qui ne...

La Nature à l’Homme

L

Dans tout l’enivrement d’un orgueil sans mesure, Ébloui des lueurs de ton esprit borné, Homme, tu m’as crié : « Repose-toi, Nature ! Ton oeuvre est close : je suis né ! » Quoi ! lorsqu’elle a l’espace et le temps devant elle, Quand la matière est là sous son doigt créateur, Elle s’arrêterait, l’ouvrière immortelle, Dans l’ivresse de son labeur? Et c’est toi qui serais mes limites dernières ...

La guerre

L

A la mémoire de son neveu, le Lieutenant Victor Fabrègue, tué à Gravelotte I Du fer, du feu, du sang ! C’est Elle ! C’est la Guerre ! Debout, le bras levé, superbe en sa colère, Animant le combat d’un geste souverain. Aux éclats de sa voix s’ébranlent les armées; Autour d’elle traçant des lignes enflammées, Les canons ont ouvert leurs entrailles d’airain Partout chars, cavaliers, chevaux, masse...

Les Malheureux

L

La trompette a sonné. Des tombes entr’ouvertes Les pâles habitants ont tout à coup frémi. Ils se lèvent, laissant ces demeures désertes Où dans l’ombre et la paix leur poussière a dormi. Quelgues morts cependant sont restés immobiles ; Ils ont tout entendu, mais le divin clairon Ni l’ange qui les presse à ces derniers asiles Ne les arracheront. « Quoi ! renaître ! revoir le ciel et la lumière...

Un autre coeur

U

Serait-ce un autre cœur que la Nature donne A ceux qu’elle préfère et destine à vieillir, Un cœur calme et glacé que toute ivresse étonne, Qui ne saurait aimer et ne veut pas souffrir? Ah ! qu’il ressemble peu, dans son repos tranquille, A ce cœur d’autrefois qui s’agitait si fort ! Cœur enivré d’amour, impatient, mobile, Au-devant des douleurs courant avec transport. Il ne reste plus rien de cet...

Complainte amoureuse

C

Oui, dès l’instant que je vous vis, Beauté féroce, vous me plûtes ; De l’amour qu’en vos yeux je pris, Sur-le-champ vous vous aperçûtes ; Mais de quel air froid vous reçûtes Tous les soins que pour vous je pris ! En vain je priai, je gémis : Dans votre dureté vous sûtes Mépriser tout ce que je fis. Même un jour je vous écrivis Un billet tendre que vous lûtes, Et je ne sais comment vous pûtes De...

Rimes riches à l’oeil

R

L’homme insulté‚ qui se retient Est, à coup sûr, doux et patient. Par contre, l’homme à l’humeur aigre Gifle celui qui le dénigre. Moi, je n’agis qu’à bon escient : Mais, gare aux fâcheux qui me scient ! Qu’ils soient de Château-l’Abbaye Ou nés à Saint-Germain-en-Laye, Je les rejoins d’où qu’ils émanent, Car mon courroux est permanent. Ces gens qui se croient des Shakespeares Ou rois des îles...

Nous nous étalons

N

Nous nous étalons Sur des étalons. Et nous percherons Sur des percherons ! C’est nous qui bâtons, A coup de bâtons, L’âne des Gottons Que nous dégottons !… Mais nous l’estimons Mieux dans les timons. Nous nous marions A vous Marions Riches en jambons. Nous vous enjambons Et nous vous chaussons, Catins, tels chaussons ! Oh ! plutôt nichons Chez nous des nichons ! Vite polissons Les doux polissons ...

Elsa

E

Tandis que je parlais le langage des vers Elle s’est doucement tendrement endormie Comme une maison d’ombre au creux de notre vie Une lampe baissée au coeur des myrrhes verts Sa joue a retrouvé le printemps du repos Ô corps sans poids posé dans un songe de toile Ciel formé de ses yeux à l’heure des étoiles Un jeune sang l’habite au couvert de sa peau La voila qui reprend le versant de ses fables...

Elsa au miroir

E

C’était au beau milieu de notre tragédie Et pendant un long jour assise à son miroir Elle peignait ses cheveux d’or Je croyais voir Ses patientes mains calmer un incendie C’était au beau milieu de notre tragédie Et pendant un long jour assise à son miroir Elle peignait ses cheveux d’or et j’aurais dit C’était au beau milieu de notre tragédie Qu’elle jouait un air de harpe sans y croire Pendant...