Latest Poems

La fleur de l’amitié

L

Un jour, en pleine Nature,…Enfoui sous la verdure,Un bourgeon m’a souri.Le regard ému et attendri,Je l’ai délicatement cueilli ;Soudain, il s’est épanoui,Transformé en rose de l’amitié,Au grand cœur passionné,Aux tendres pétales colorés,Au doux parfum printanier.Cette belle et sensible fleurSème l’odeur du Bonheur.
© Katia Hacène

 

PANTOUM

P

Par les soirs où le ciel est pur et transparent,Que tes flots sont amers, noire mélancolie !Mon coeur est un lutteur fatigué qui se rend,L’image du bonheur flotte au loin avilie. Que tes flots sont amers, noire mélancolie !Oh ! qu’il me fait de mal ton charme pénétrant !L’image du bonheur flotte au loin avilie.L’espoir qui me berçait râle ainsi qu’un mourant. Oh ! qu’il me fait de mal ton charme...

To the Muses

T

WHETHER on Ida’s shady brow, Or in the chambers of the East, The chambers of the sun, that now From ancient melody have ceas’d; Whether in Heaven ye wander fair,         Or the green corners of the earth, Or the blue regions of the air Where the melodious winds have birth; Whether on crystal rocks ye rove, Beneath the bosom of the sea         Wand’ring in...

La servante au grand coeur

L

La servante au grand coeur dont vous étiez jalouse, Et qui dort son sommeil sous une humble pelouse, Nous devrions pourtant lui porter quelques fleurs. Les morts, les pauvres morts, ont de grandes douleurs, Et quand Octobre souffle, émondeur des vieux arbres, Son vent mélancolique à l’entour de leurs marbres, Certe, ils doivent trouver les vivants bien ingrats, A dormir, comme ils font...

Guillaume Apollinaire: ‘Rhénane d’automne’ (English translation)

G

Rhenish autumn To Toussaint-Luca The children of the dead come and play In the cemetery Martin Gertrude Hans and Henri No cockerel has crowed today Adoodleday The old women Walk along slowly with tearful faces And the good-natured donkeys Bray hee-haw and start guzzling the flowers Of the funeral wreaths It’s the day of the dead and of all their souls The children and the old women Light their...

Chanson de l’oiseleur – Chanson

C

L’oiseau qui vole si doucement L’oiseau rouge et tiède comme le sang L’oiseau si tendre l’oiseau moqueur L’oiseau qui soudain prend peur L’oiseau qui soudain se cogne L’oiseau qui voudrait s’enfuir L’oiseau seul et affolé L’oiseau qui voudrait vivre L’oiseau qui voudrait chanter L’oiseau qui voudrait crier L’oiseau...

Verset ou rondeau

V

Repos éternel donne à cil,Sire, et clarté perpétuelle,Qui vaillant plat ni écuelleN’eut oncques, n’un brin de persil. Il fut ras, chef, barbe et sourcil,Comme un navet qu’on ret ou pèle.Repos éternel donne à cil. Rigueur le transmit en exilEt lui frappa au cul la pelle,Nonobstant qu’il dit : ” j’en appelle ! “Qui n’est pas terme trop subtil,Repos...

A un poète ignorant

A

Qu’on mène aux champs ce coquardeau,Lequel gâte (quand il compose)Raison, mesure, texte et glose,Soit en ballade ou en rondeau. Il n’a cervelle ne cerveau.C’est pourquoi si haut crier j’ose :” Qu’on mène aux champs ce coquardeau. “ S’il veut rien faire de nouveau,Qu’il oeuvre hardiment en prose(J’entends s’il en sait quelque chose)...

Jamais

J

Jamais, avez-vous dit, tandis qu’autour de nous Résonnait de Schubert la plaintive musique; Jamais, avez-vous dit, tandis que, malgré vous, Brillait de vos grands yeux l’azur mélancolique. Jamais, répétiez-vous, pâle et d’un air si doux Qu’on eût cru voir sourire une médaille antique. Mais des trésors secrets l’instinct fier et pudique Vous couvrit de rougeur, comme...