CategoryFrance

Jamais

J

Jamais, avez-vous dit, tandis qu’autour de nous Résonnait de Schubert la plaintive musique; Jamais, avez-vous dit, tandis que, malgré vous, Brillait de vos grands yeux l’azur mélancolique. Jamais, répétiez-vous, pâle et d’un air si doux Qu’on eût cru voir sourire une médaille antique. Mais des trésors secrets l’instinct fier et pudique Vous couvrit de rougeur, comme...

La servante au grand coeur

L

La servante au grand coeur dont vous étiez jalouse, Et qui dort son sommeil sous une humble pelouse, Nous devrions pourtant lui porter quelques fleurs. Les morts, les pauvres morts, ont de grandes douleurs, Et quand Octobre souffle, émondeur des vieux arbres, Son vent mélancolique à l’entour de leurs marbres, Certe, ils doivent trouver les vivants bien ingrats, A dormir, comme ils font...

Paroles sur la dune.

P

Maintenant que mon temps décroît comme un flambeau, Que mes tâches sont terminées ; Maintenant que voici que je touche au tombeau Par les deuils et par les années, Et qu’au fond de ce ciel que mon essor rêva, Je vois fuir, vers l’ombre entraînées, Comme le tourbillon du passé qui s’en va, Tant de belles heures sonnées ; Maintenant que je dis : – Un jour, nous triomphons ; Le lendemain, tout...

Le miroir brisé

L

Le petit homme qui chantait sans cesse le petit homme qui dansait dans ma tête le petit homme de la jeunesse a cassé son lacet de soulier et toutes les baraques de la fête tout d’un coup se sont écroulées et dans le silence de cette fête dans le désert de cette fête j’ai entendu ta voix heureuse ta voix déchirée et fragile enfantine et désolée venant de loin et qui m’appelait et...

Ma biographie

M

A Henri d’Ideville. Le torrent que baise l’éclair Sous les bois qui lui font des voiles, Murmure, ivre d’un rhythme clair, Et boit les lueurs des étoiles. Il roule en caressant son lit Où se mirent les météores, Et, plein de fraîcheur, il polit Des cailloux sous ses flots sonores. Tel, je polissais, cher Henri, Des vers que vous aimez à lire, Depuis le jour où m’a souri Le...

Chanson de l’oiseleur – Chanson

C

L’oiseau qui vole si doucement L’oiseau rouge et tiède comme le sang L’oiseau si tendre l’oiseau moqueur L’oiseau qui soudain prend peur L’oiseau qui soudain se cogne L’oiseau qui voudrait s’enfuir L’oiseau seul et affolé L’oiseau qui voudrait vivre L’oiseau qui voudrait chanter L’oiseau qui voudrait crier L’oiseau...

Souvenir

S

Vingt ans après cent ans plus tard toujours les sordides mousquetaires toujours les mêmes traîneurs de sabre toujours les porteurs de bannière Enfant j’ai vu sur une image des hommes en robe noire avec un visage vert debout autour d’un homme qui s’appelait Ferrer Oh pauvres hommes vivants comme vous avez de redoutables adversaires toujours les mêmes sans un changement de...

Noël

N

Le ciel est noir, la terre est blanche ; – Cloches, carillonnez gaîment ! – Jésus est né ; – la Vierge penche Sur lui son visage charmant. Pas de courtines festonnées Pour préserver l’enfant du froid ; Rien que les toiles d’araignées Qui pendent des poutres du toit. Il tremble sur la paille fraîche, Ce cher petit enfant Jésus, Et pour l’échauffer dans sa crèche...

La Dive Bouteille

L

Ô bouteille Pleine toute De mystères, D’une oreille Je t’écoute : Ne diffère, Et le mot profère Après quoi soupire mon cœur. Dans la si divine liqueur, Bacchus fut d’Inde vainqueur, À toute vérité retenue. Vin si divin, loin de toi sont tenus Tout mensonge et toute tromperie. Qu’en joie soit l’ère de Noé conclue, Lui qui ta composition nous apprit. Chante le beau mot, je t’en prie, Qui me soit...

Que j’aime le premier frisson d’hiver…

Q

Que j’aime le premier frisson d’hiver ! le chaume, Sous le pied du chasseur, refusant de ployer ! Quand vient la pie aux champs que le foin vert embaume, Au fond du vieux château s’éveille le foyer ; C’est le temps de la ville. – Oh ! lorsque l’an dernier, J’y revins, que je vis ce bon Louvre et son dôme, Paris et sa fumée, et tout ce beau royaume (J’entends encore au vent les postillons crier)...