ArchiveNovember 2013

Fantaisie

F

  Il est un air pour qui je donneraisTout Rossini, tout Mozart et tout Weber,Un air très-vieux, languissant et funèbre,Qui pour moi seul a des charmes secrets. Or, chaque fois que je viens à l’entendre,De deux cents ans mon âme rajeunit :C’est sous Louis treize; et je crois voir s’étendreUn coteau vert, que le couchant jaunit, Puis un château de brique à coins de pierre,Aux...

Feuilles mortes

F

La terre engloutit tout comme un ogre infernal,Regarde cette boue que Novembre pétrit :Le vent y a traîné, dans sa ronde automnale,Des montagnes de fleurs et de feuilles flétries. On dirait que le beau, dont le printemps s’emballe,Explosion d’Espérance et profusion de Vie,Ne naît que pour nourrir l’immense trou de balleD’un monde stercoral où tout tombe et dévie … Je...

Nothing in November / Rien en novembre

N

Nothing in Novemberbut dark daysof black seas ragingpounding the broken shore,blinding sprayand the foam roaring,pouringthrough the red teethof the red raw rockscarred by the buffetingof endless stormsand the wild sea lashing.Dark days merge into sightswhen the sea of my heartrefuses rest. When the biting coldchills the bone,and the endlessroar and motion,and the cryof the storm-crossed...

  J’étais parti, triste de mes peines et consolé de votre joie ; ce qui me tenait dans un certain état de langueur qui n’est pas sans charme pour un coeur sensible. Je gravissais lentement et à pied des sentiers assez rudes, conduit par un homme que j’avais pris pour être mon guide, et dans lequel, durant toute la route, j’ai trouvé plutôt un ami qu’un mercenaire. Je voulais rêver, et j’en...

Le malheur

L

Suivi du Suicide impie,A travers les pâles cités,Le Malheur rôde, il nous épie,Prés de nos seuils épouvantés.Alors il demande sa proie ;La jeunesse, au sein de la joie,L’entend, soupire et se flétrit ;Comme au temps où la feuille tombe,Le vieillard descend dans la tombe,Privé du feu qui le nourrit. Où fuir ? Sur le seuil de ma porteLe Malheur, un jour, s’est assis ;Et depuis ce jour...

Remémoration d’amis belges

R

À des heures et sans que tel souffle l’émeuveToute la vétusté presque couleur encensComme furtive d’elle et visible je sensQue se dévêt pli selon pli la pierre veuve Flotte ou semble par soi n’apporter une preuveSinon d’épandre pour baume antique le tempsNous immémoriaux quelques-uns si contentsSur la soudaineté de notre amitié neuve O très chers rencontrés en le jamais...

Fleurs flanées

F

Ce matin, triste et seule,quand j’ai rouvert mon livreIl était plein de fleurs et de plumes d’oiseaux;Rappelez-vous nos jeux parmi les grands roseaux,Et le temps où deux mots de vous me faisaient vivre. Près de l’étang fleuri vous me laissiez vous suivre,Nous prenions pour signets les feuilles de bouleaux,Et nous allons pêcher dans le fond des îlots.Ou causer dans les foins dont...

Il fait novembre en mon âme

I

Rayures d’eau, longues feuilles couleur de brique,Par mes plaines d’éternité comme il en tombe !Et de la pluie et de la pluie – et la répliqueD’un gros vent boursouflé qui gonfle et qui se bombeEt qui tombe, rayé de pluie en de la pluie. – Il fait novembre en mon âme –Feuilles couleur de ma douleur, comme il en tombe ! Par mes plaines d’éternité, la...

Regard

R

Longtemps je t’ai regardéesans te voir, toi, dans l’imageexacte et inaccessibleoú le miroir te trahit.– Embrasse-moi! – Je t’embrasse;et tandis que je t’embrasse,je pense au froid de tes lèvresdans le mirroir. Tu murmures;“Toute mon âme est à toi!”Et au creux de ma poitrine,je sens un vide que seuleemplirait cette âmeque tu ne me donnes point,cette...