Latest Poems

A un poète ignorant

A

Qu’on mène aux champs ce coquardeau,Lequel gâte (quand il compose)Raison, mesure, texte et glose,Soit en ballade ou en rondeau. Il n’a cervelle ne cerveau.C’est pourquoi si haut crier j’ose :” Qu’on mène aux champs ce coquardeau. “ S’il veut rien faire de nouveau,Qu’il oeuvre hardiment en prose(J’entends s’il en sait quelque chose)...

Jamais

J

Jamais, avez-vous dit, tandis qu’autour de nous Résonnait de Schubert la plaintive musique; Jamais, avez-vous dit, tandis que, malgré vous, Brillait de vos grands yeux l’azur mélancolique. Jamais, répétiez-vous, pâle et d’un air si doux Qu’on eût cru voir sourire une médaille antique. Mais des trésors secrets l’instinct fier et pudique Vous couvrit de rougeur, comme...

La Dive Bouteille

L

Ô bouteille Pleine toute De mystères, D’une oreille Je t’écoute : Ne diffère, Et le mot profère Après quoi soupire mon cœur. Dans la si divine liqueur, Bacchus fut d’Inde vainqueur, À toute vérité retenue. Vin si divin, loin de toi sont tenus Tout mensonge et toute tromperie. Qu’en joie soit l’ère de Noé conclue, Lui qui ta composition nous apprit. Chante le beau mot, je t’en prie, Qui me soit...

Triolet – Quand Colette

T

Quand Colette Colet colieElle le prend par le colet.

Mais c’est trop grant mélancolie,Quand Colette Colet Colie.

Car ses deux bras à son col liePar le doux semblant de colet

Quand Colette Colet colie,Elle le prend par le colet.

Guillaume de Machaut (1300 ? – 1377)
 

Jean-Marie Flémal

J

Jean-Marie Flémal, né à Liège (B), le 30 mai 1950. Linguiste et traducteur littéraire. Vit à Charleroi (B). Marié, pas d’enfants. Publications : « Boulevard de la Déglingue », 1976, poèmes, yBy, (B). « Théo D’Hooghe », 1979, essai, Maison de la Culture de Charleroi, (B). « Solo Flight », 1983, poèmes, Puzzle, (B). « Retour aux terres froides », 1999, poème, Les ةditeurs Catastrophés, (B)

Mon coeur s’ébat

M

Triolet – vers 1390 – Jean Froissart Mon coeur s’ébat en odorant la roseEt s’éjouit en regardant ma dame : Trop mieux me vaut l’une que l’autre chose.Mon coeur s’ébat en odorant la rose. L’odeur m’est bon, mais du regard je n’oseJouer trop fort, je vous le jur’ par m’âme.Mon coeur s’ébat en odorant la roseEt...

De triste coeur

D

De triste coeur chanter joyeusementEt rire en deuil c’est chose fort à faire,De son penser montrer tout le contraire,N’issir doux ris de dolent sentiment, Ainsi me faut faire communément,Et me convient, pour celer mon affaire,De triste coeur chanter joyeusement. Car en mon coeur porte couvertementLe deuil qui soit qui plus me peut déplaire,Et si me faut, pour les gens faire taire,Rire...

To the Evening Star

T

William Blake (1757–1827). Thou fair-hair’d angel of the evening, Now, whilst the sun rests on the mountains, light Thy bright torch of love; thy radiant crown Put on, and smile upon our evening bed! Smile on our loves, and while thou drawest the Blue curtains of the sky, scatter thy silver dew On every flower that shuts its sweet eyes In timely sleep. Let thy west wind sleep on The lake; speak...

Le miroir brisé

L

Le petit homme qui chantait sans cesse le petit homme qui dansait dans ma tête le petit homme de la jeunesse a cassé son lacet de soulier et toutes les baraques de la fête tout d’un coup se sont écroulées et dans le silence de cette fête dans le désert de cette fête j’ai entendu ta voix heureuse ta voix déchirée et fragile enfantine et désolée venant de loin et qui m’appelait et...

Aux iles aux parfums

A

Yakoute Abdouroihamane Où rien n’est défunt Les purs des fruits à gogo Comme si le tam-tam  résonne le tango. Un endroit où santé est prospérité Quel genre de vie sans une priorité Il est vrai que la mer est capricieuse Pour y nager la sirène doit  être malicieuse. Parait-il que tout est science Naturelle que virtuelle sans perdre conscience L’œil distrait des beautés d’une vivacité sereine...