CategoryCanada

Décembre

D

Le givre étincelant, sur les carreaux gelés, Dessine des milliers d’arabesques informes ; Le fleuve roule au loin des banquises énormes ; De fauves tourbillons passent échevelés. Sur la crête des monts par l’ouragan pelés,De gros nuages lourds heurtent leurs flancs difformes ; Les sapins sont tout blancs de neige, et les vieux ormesDressent dans le ciel gris leurs grands bras désolés...

Maison abandonnée

M

Audacieusement sise à cette hauteur,Cette maison proprette et d’une vigne ornéeEst au milieu d’un tel déploiement de splendeurQue l’on devrait, il semble, y trouver le bonheur.Pourtant elle est abandonnée. Abandonnée, avec ces champs verts alentour !Vide, quand on peut voir de toutes ses fenêtresDes coteaux, des vallons et des coteaux toujours !Déserte, quand un lac au gracieux...

La forêt canadienne

L

C’est l’automne. Le vent balanceLes ramilles, et par momentsInterrompt le profond silenceQui plane sur les bois dormants. Des flaques de lumière douce,Tombant des feuillages touffus,Dorent les lichens et la mousseQui croissent au pied des grands fûts. De temps en temps, sur le rivage,Dans l’anse où va boire le daim,Un écho s’éveille soudainAu cri de quelque oiseau sauvage...

Vieux Piano

V

L’âme ne frémit plus chez ce vieil instrument ;Son couvercle baissé lui donne un aspect sombre ;Relégué du salon, il sommeille dans l’ombreCe misanthrope aigri de son isolement. Je me souviens encor des nocturnes sans nombreQue me jouait ma mère, et je songe, en pleurant,À ces soirs d’autrefois – passés dans la pénombre,Quand Liszt se disait triste et Beethoven mourant. Ô...

Les Morts

L

O morts ! dans vos tombeaux vous dormez solitaires,Et vous ne portez plus le fardeau des misèresDu monde où nous vivons.Pour vous le ciel n’a plus d’étoiles ni d’orages,Le printemps, de parfums, l’horizon, de nuages,Le soleil, de rayons. Immobiles et froids dans la fosse profonde,Vous ne demandez pas si les échos du mondeSont tristes ou joyeux ;Car vous n’entendez...

Le dernier drapeau blanc

L

  Combien ai-je de fois, le front mélancolique,Baisé pieusement ta touchante relique,Ô Montcalm ! ce drapeau témoin de tant d’efforts,Ce drapeau glorieux que chanta Crémazie !,Drapeau qui n’a jamais connu d’apostasie,Et que la France, un jour, oublia sur nos bords ! Devant ces plis sacrés troués par les tempêtesQui tant de fois jadis ont tonné sur nos têtes,Combien de fois, Montcalm, en...

Le rêve de la vie

L

A vingt ans, poète aux abois,Quand revenait la saison rose,J’allais promener sous les boisMon coeur morose. A la brise jetant, hélas !Le doux nom de quelque infidèle,Je respirais les frais lilasEn rêvant d’elle. Toujours friand d’illusions,Mon coeur, que tout amour transporte,Plus tard à d’autres visionsOuvrit sa porte. La gloire sylphe décevantSi prompt à fuir à tire...

Somewhere in time’s own space

S

Somewhere in time’s own spaceThere must be some sweet pastured placeWhere creeks sing on and tall trees growSome paradise where horses go,For by the love that guides my penI know great horses live again.
Stanley Harrison, breeder, trainer, poet 1889-1980 
Wild Horses in Dartmoor National Park (England)

Amitié. À Mlle N***

A

Je connais un petit angeLequel n’a jamais mouilléSa blanche robe à la fangeDont notre monde est souillé. C’est lui qui donne le changeAu pauvre cœur dépouilléQue l’amour, vautour étrange,D’un bec cruel a fouillé. Cet ange, qui vous ressemble,Sous son aile nous rassemble :C’est la divine Amitié. Son regard est doux et calme ;Il m’offre sa chaste palme…En voulez...

The Winter Lakes

T

Out in a world of death far to the northward lying,Under the sun and the moon, under the dusk and the day;Under the glimmer of stars and the purple of sunsets dying,Wan and waste and white, stretch the great lakes away. Never a bud of spring, never a laugh of summer,Never a dream of love, never a song of bird;But only the silence and white, the shores that grow chiller and dumber,Wherever the ice...