AuthorArnaud Somveille

Le banc

L

I Les maisons du village ont partout, près du seuil, Le banc de pierre blanche ombragé par des treilles, Le banc où chaque soir sont assises les vieilles, Qui jettent vers la route un tranquille coup d’œil. Sous les rayons pâlis qui frôlent leur paupière, Elles semblent attendre, en rêvant, le retour Des villageois laissant la tâche coutumière, Qui regagnent leur gîte à la chute du jour. Le...

Les cygnes

L

I Vers la mi-février, dans nos tièdes contrées, Comme un oiseau d’amour précurseur de printemps, Sur un lit de roseaux, d’herbes enchevêtrées, Le cygne a fait son nid au bord de nos étangs. Le saule reverdit sur le miroir paisible. La menthe a répandu ses bouquets parfumés A l’entour du grand nid caché, presque invisible, Où les petits dans l’oeuf sont encore enfermés...

La Petite bête

L

Voilà longtemps, longtemps, longtemps, Lorsque j’étais toute petite… — ( Mon Dieu ! que le temps passe vite ! J’aurai demain mes dix-huit ans ! ) — Dès que je voyais ma grand’mère, Ma bonne grand’mère aux yeux doux, Je bondissais sur ses genoux, Je baisais sa tête si chère, Et, sans prendre au fond de son sac La friandise toute prête : — « Fais-moi voir la petite...

Le coffret

L

Ma mère, pour ses jours de deuil et de souci, Avait, dans un tiroir secret de sa commode, Un petit coffret en fer rouillé, de vieille mode, Et ne me l’a fait voir que deux fois jusqu’ici. Comme un cercueil, la boîte est funèbre et massive Et contient des cheveux de ses parents défunts Dans des sachets jaunis, aux pénétrants parfums, Qu’elle vient quelquefois baiser le soir...